Derniers articles http://aequus.fr Derniers articles (C) 2005-2009 PHPBoost fr PHPBoost Empathie éducation et potentiel http://aequus.fr/articles/articles-6-166+empathie-education-et-potentiel.php http://aequus.fr/articles/articles-6-166+empathie-education-et-potentiel.php <p style="text-align:center"><strong>Empathie éducation et potentiel</strong><br /> <br /> <img src="http://aequus.fr/upload/empathie_education_potentiel.jpg" alt="" class="valign_" /></p><br /> <br /> <br /> Pourquoi est-ce que j'aime si souvent travailler seule? Le fait d'être seule avec mon cheval me permet de prendre le temps d'observer. <br /> Dans la façon d'interagir avec les chevaux, j'aime avant tout prendre mon temps pour m'adapter au cheval avec lequel je suis. Je préfère dans les premiers instants, ne pas être aliénée à des ordres reçus d'un maître, de manière au quotidien, à utiliser mes facultés préexistantes d'empathie. J'ai bien compris qu'en observant mon entourage, je ne cherche pas à être objective. D'ailleurs l'objectivité, elle n'existe pas, du fait que je projette mes propres émotions, ma propre histoire, et ce, en permanence. <br /> J'opère une sorte de sélection de la réalité, et grâce à cette sélection, j'augmente ma propre empathie et ma compréhension des capacités du cheval que j'ai en face de moi.<br /> <br /> La démarche que j'affectionne par dessus tout consiste à essayer de comprendre l'émotion ressentie à chaque instant par le cheval pendant sa formation, pour être en mesure de mieux le rassurer et bien sûr d'apaiser ses craintes en cas de besoin. <br /> Il s'agit d'une forme d'éducation "bientraitante" et si je puis dire, "humaniste": une démarche qui laisse le temps opérer tranquillement dans le processus de formation. <br /> Ce qui est caractéristique et qui m'émerveille toujours, c'est que je me rends compte au fil de mes observations, que c'est moi qui me transforme et non pas moi qui transforme le cheval. Et c'est une prise de conscience importante: cette transformation personnelle et intérieure me permet d'avancer sereinement dans l'éducation du cheval. <br /> Loin de prétendre le transformer lui, c'est en fait le cheval qui me transforme. Est-ce que quelque part, les chevaux ne me transformeraient pas en être humain? <br /> C'est dans ce sens que lorsque j' agis seule avec un cheval, le bon sens, l'observation, les qualités d'écoute que je développe avec bienveillance, conduisent à une forme d'introspection qui mène à la confiance mutuelle entre le cheval et moi. Ce potentiel où chacun fait confiance à l'autre, permet d'augmenter la confiance en soi de chacune des parties. C'est dans ce sens que j'agis avec le petit Panell en ce moment, c'est cheval assez timide et craintif, ensemble nous parvenons à avancer vers plus de confiance et accroissons notre potentiel mutuel de manière assez significative. <br /> <br /> Ce sont ces comportements d'observation de bon sens d'empathie que nous portons en nous qui nous guident le mieux. Nous sommes bien loin des artifices marketings extérieurs à la mode avec les discours creux des pseudos maîtres ou spécialistes qui bien souvent, s'occupent beaucoup moins des chevaux qu'on peut le penser, ou le faire soi-même. Rester vigilant et savoir discerner le bon grain de l'ivraie, l'appat du gain de la sincérité, toute une démarche très intéressante à entrevoir. Tue, 01 May 2018 23:59:01 +0200 Horizons équestres et besoin compulsif. http://aequus.fr/articles/articles-0-165+horizons-equestres-et-besoin-compulsif.php http://aequus.fr/articles/articles-0-165+horizons-equestres-et-besoin-compulsif.php <p style="text-align:center"><img src="http://aequus.fr/upload/horizons_equestres_besoin_compulsif.jpg" alt="" class="valign_" /></p><br /> <br /> Imaginons une personne qui va passer son temps à projeter des voyages pour découvrir d'autres horizons exotiques sachant que tout près d'elle elle n'a pas encore exploré tous les trésors qui s'offrent à ses yeux , cette même personne qui va passer ses soirées à sortir entre amis et à faire la fête jusqu'à pas d'heure et jusqu'à plus soif. Tout se passe comme si la personne, en l&#8217;occurrence le cavalier, passait son temps pour se rassurer, dans le but de pallier la fuite du temps, en voulant suivre en permanence des stages. <br /> Cette personne là cherche à se rassurer, pour le plus plus grand bonheur de certains opportuns qui voient là une occasion inespérée de vendre des stages à prix d'or et/ou de recommander leurs pairs auprès de leurs clients, bouclant une boucle bien juteuse, dans une grande dynamique qui vise parfois à infantiliser et dont l'objectif principal est bien de fidéliser une clientèle. L'élève fragile peut être amené à vouloir prendre de manière frénétique des leçons avec tel ou tel intervenant très à la mode de manière tellement rapprochée qu'entre temps il n'a pas le loisir de mûrir les enseignements qu'il a reçus entre deux leçons. L'efficacité est-elle au rendez-vous, même si la qualité de l'enseignement est là?<br /> Et si cette personne là, quelque part dans son fort intérieur, avait peur à un moment donné, de se retrouver toute seule face à elle-même, et était manipulée pour à terme, manquer suffisamment de confiance en elle et dans ses capacités de progresser par elle-même en plus de l'aide d'autrui, pour alimenter tout un système?<br /> Les attentes et ces demandes compulsives des cavaliers, propriétaires ou non, ce besoin de tout, de tout de suite, s'inscrivent en fait dans un malaise généralisé pour les jeunes générations et les moins jeunes, les personnalités fragiles, et conduisent à des comportements qui ne sont pas tout à fait délibérés mais sont plutôt le fruit d'un laisser-faire, dans une sorte de spirale inflationniste de ce désir de satisfaction immédiate qui ne sera finalement jamais assouvi.<br /> <br /> Est-il possible d'être heureux si l'on est en permanence tiraillé par le désir de quelque chose de plus, que l'on est tendu par les objectifs qu'on se fixe, que l'on imagine en permanence que le meilleur sera pour le lendemain? Existe-t-il un moyen de distinguer un vrai besoin d'un faux, créé de toute pièce? <br /> <br /> Pour prendre un exemple, une discipline comme le dressage nécessite, tout comme l'entraînement à l'obstacle, d'être régulièrement contrôlé par un expert, dans la posture et cet &#339;il extérieur aide grandement pour progresser, pour s'assurer de la rectitude en temps réel, de la conservation de l'équilibre parfait, conditions nécessaires à une équitation fine et tout en légèreté.<br /> Seulement ce qu'on ne nous dira pas, c'est qu' au quotidien il est utile voire nécessaire de travailler également seul avec son ou ses chevaux, en particulier dans les exercices d'étirements, les exercices de gymnastique destinés à assouplir, redresser muscler entretenir le physique et le mental de son cheval, personne mieux que son propriétaire ou son cavalier habituel, n'est mieux placé pour gérer au quotidien le rythme à suivre, conduire de manière optimale la séance qui va respecter l'intégrité du cheval dans le respect, la patience, la lenteur, la qualité de communication. <br /> Ce sont là des conditions difficilement compatibles avec une séance de cours qui par définition est bornée dans le temps, dont le thème est bien souvent imposé au couple cheval-cavalier et dont la durée d'une demi-heure ou d' une heure ne suffira probablement pas pour être optimale et efficace, dans le respect de la décontraction du cheval...<br /> <br /> Il peut être intéressant, avant de prendre une leçon, d'effectuer un petit diagnostic préalable, avec un petit tableau qui recense les points à améliorer pour nous cavalier, ceux qui concernent notre cheval, tout en restant dynamique et dans un mode de pensée critique, sachant que le cheval ne sera pas nécessairement dans l'attitude mentale adaptée précisément à l'exercice qu'on va lui proposer en cours. <br /> <br /> Une qualité d'adaptation de l'enseignant en fonction de facteurs exogènes est également nécessaire et cette propension à réorienter un travail spécifique en temps réel est un plus, seul un enseignant à l'écoute pourra en faire preuve. <br /> Cette qualité va conditionner la réussite de la séance de travail. La remarque est particulièrement pertinente pour les cavaliers qui travaillent des juments susceptibles, des chevaux entiers, tout cheval de sang, sensible.<br /> Trouver la perle rare qui va accepter de s'adapter en fonction de la disposition physique et mentale du cheval et du cavalier, le jour de la séance de cours. Le vrai pédagogue qui saura également orienter le cavalier qui souhaite travailler tel point particulier, à la lumière de ce qu'il voit en temps réel, pour aller soit dans le même sens, soit pour proposer une meilleure alternative. L'objectif premier sera d'apporter en priorité le confort au cheval afin qu'il soit en mesure de permettre à son cavalier de progresser dans des conditions pérennes, et non l'inverse.<br /> <br /> Le souci avec une approche respectueuse du cheval en priorité, c'est non seulement de ne pas s'endormir en enseignant des exercices génériques de mécanisation, qui vont non seulement blaser et fatiguer inutilement le cheval, mais aussi n'apprendront rien ou peu de choses au cavalier.. C'est le cas en particulier des systèmes proposés en hiver avec des lignes de cavaletti, fort abêtissants pour le cheval et pas nécessairement très efficaces pour enseigner les bons réflexes au cavalier: Lorsqu'un enseignant sait observer avec justesse son élève, il est en mesure sur un passage sur un croisillon, de corriger le défaut essentiel, simplement en lui donnant au bon moment le conseil qui va définitivement permettre à l'élève de corriger sa posture, pour en toute circonstance rester au dessus de ses pieds sans gêner son cheval. <br /> <br /> Par exemple l'intérêt limité de la barre posée au sol puis l'obstacle isolé par rapport aux lignes à foulées constantes ou pire, avec les barres de réglage entre les obstacles, qui n'apprennent rien ni au cheval ni au cavalier. Il est largement préférable, dans le cadre d'un cours particulier d&#8217;enseigner au cavalier à attendre patiemment son saut, tout en mettant le cheval dans les conditions d'équilibre, de cadence et de tracé correctes qui vont conditionner une bonne approche du saut par l'élève et une réception dans l'équilibre idéal pour enchaîner ensuite, sans que le cheval n'ait à souffrir de déséquilibre quel qu'il soit. d'où l'intérêt pour les clubs d'avoir une cavalerie bien éduquée et adaptée aux exigences de formation des cavaliers.<br /> <br /> On visionne parfois des extraits de cours dispensés avec des élèves qui passent et repassent incessamment sur des systèmes de barres fatigantes pour les chevaux, en reproduisant sans cesse les mêmes fautes, avec des chevaux qu'on laisse s'ouvrir et partir à la réception au galop à faux, ou alors des chevaux qui sont de véritables selleries ambulantes, affublés d'enrênements toujours plus durs ou complexes, et qui n'autoriseront jamais au cavalier de sentir quelles actions produiront quels effets, et au cheval de distinguer qui du cavalier ou de l'enrênement a agi?<br /> <br /> Sans parler des cavaliers qui montent à cheval dans le but de franchir des barres, et dont le plaisir est d'enchaîner sur des combinaisons d'obstacles toujours plus hauts, dans des épreuves de plus en plus techniques et prestigieuses pour satisfaire un égo surdimensionné, ces mêmes cavaliers qui vont voir se succéder dans leur piquet des chevaux régulièrement renouvelés parce que devenus de plus en plus difficiles à mener à cause de l'imprécision de leur cavalier, il existe hélas des gens qui, victimes de notre belle société de consommation, devant un "tout nouveau tout beau" stage à la mode, un nouvel enrênement, une nouvelle technique équestre, vont se dire aussitôt: <br /> - Tiens c'est nouveau, c'est à la mode, il me le faut! je dois tester cela!<br /> On se pose alors la question naturellement, au regard des besoins du cheval et des nôtres, si au delà d'un niveau minimum de matériel de bonne qualité, le désir compulsif de changer pour changer, ne masque pas le plus important, ce qui est vital?<br /> Savoir discerner le nécessaire du superflu. <br /> Attacher de l'importance à la couleur d'un tapis de selle avec ou sans strass, à des protections plutôt qu'à la nécessité de monter avec un mors simple plutôt qu'un mors à effet de levier...<br /> Qu'est ce qui est essentiel finalement? Consommer des émotions en se faisant plaisir sur un système de cavaletti d'hiver ou bien aller à l'essentiel en construisant lentement le couple cavalier cheval à travers une éducation fonctionnelle du cheval et une éducation du cavalier aux réels besoin du cheval, sans suivre les phénomènes de mode et le spectaculaire?<br /> Pour cela le cavalier est censé accepter de se remettre en question. il est utile qu'il soit respectueux de son cheval et en mesure d'accorder sa confiance à l'enseignant qu'il a choisi. Il est utile également que l'enseignant soit lui aussi, respectueux de l'élève qu'il a en face de lui, en plus de respecter l'intégrité physique et mentale des chevaux. <br /> On parle tellement rarement des qualités que l'enseignant a intérêt à développer pour transmettre au mieux son savoir et savoir-faire, et parmi les nombreuses qualités qui lui sont demandées: l'humilité, le respect de l'élève en font partie.<br /> Le cavalier que l'enseignant a comme élève n'a pas nécessairement les mêmes qualités physiques que lui, certains élèves vivent en situation de handicap physique ou moral et malgré tout, sont capables de développer des trésors de patience et de compétence pour vivre une relation privilégiée avec les chevaux ou leur cheval, charge à l'enseignant de tenir compte des traumatismes vécus par l'élève et gravés en lui, invalidant certains gestes mais ayant permis à l'élève de développer une acuité dans un autre domaine pour compenser le déficit. L'enseignant à l'écoute de tous les paramètres, si l'on parle de plasticité des facultés physiques ou neurologiques, on peut également penser plasticité de l'orientation des pensées de l'enseignant, qui vont lui permettre de s'adapter à son élève et à son cheval en temps réel, pour conserver un cap dans la progression du couple cavalier-cheval. Cette adaptation passe nécessairement par l'acceptation de ne pas être la seule référence, celle de l'élève est également à prendre en compte, avec son passé et ses propres spécificités, et lorsqu'une difficulté surgit qui n'a pas été prévue, tenter de comprendre ce qui s'est passé chez l'élève ou le cheval plutôt que de s'arrêter sur le ressenti personnel comme c'est parfois le cas, sans chercher à chaque instant forcément à obtenir un retour positif. <br /> Pour faire progresser un couple cavalier-cheval adolescent ou enfant, il existe un échange affectif indéniable, utile pour éviter tout conflit. Les attentes des uns ou des autres peuvent malgré tout être déçues et peser sur les relations au fil du temps, et il est parfois utile de savoir faire table rase de certaines circonstances déplaisantes, pour être certain pour l&#8217;enseignant de bien savoir décoder en temps réel, les attentes du cheval ou du cavalier, et pour le cavalier les attentes de l'enseignant qu'il a choisi.<br /> Dans le mot "<strong>attendre</strong>" on lit le radical "<strong>tendre</strong>". On pourrait dire "tendre vers" un résultat, qui ne va pas nécessairement être atteint immédiatement, et s'agissant d'êtres humains dont l'intelligence est plutôt complexe, les non-dits ne sont pas toujours évidents à décrypter et en tout cas bien plus difficiles à lire que chez les autres mammifères.<br /> <br /> Les attentes des uns et des autres sont immanquablement sources d'incompréhensions, de stress chez l'élève comme chez l'enseignant, dont l'objectif de résultat est bien souvent perçu comme une épée de Damoclès. On peut avoir une intuition des grandes lignes à respecter, mais force est de reconnaître que chaque cas est un cas particulier, ajouter à cela les avaries, l'humeur changeante d'une jument ou les états d'âme d'un entier face à l'approche du printemps, la fatigue physiologique d'une cavalière ou la contrariété momentanée qui accable tel cavalier... autant d'imprévus qu'il va falloir apprendre à gérer durant toute une vie d'enseignant. <br /> Sans compter que même si l'on parle la même langue française, le poids des mots, leur sens, l'intonation, la perception, peuvent être interprétés, de même que la posture, l'attitude. <br /> Chaque être humain n'est-il pas finalement un livre écrit dans une langue dont on ne connaît pas nécessairement l&#8217;alphabet?<br /> Être heureux à cheval, pour le cavalier enfant, adolescent ou adulte, c'est un peu un moment d'abandon et de détente, de lâcher prise avec le cheval dans un premier temps, un moment où le cavalier pour entrer en communication avec son cheval, va aborder l'instant présent en acceptant de se mettre en phase avec le rythme de son cheval et non l'inverse, mais aussi le rythme propre à l'autre. <br /> Aller dans le sens du cheval pour le cavalier et pour l'enseignant, accompagner un élève, pour le cavalier accepter l'ondulation de son cheval dans le mouvement en avant, le tout dans une pluralité de points de vue et de réponses, toujours très enrichissantes pour le cheval, le cavalier, et l'enseignant.<br /> <br /> Bonne et belle journée à toutes et tous Mon, 12 Feb 2018 16:00:01 +0100 Peur, respect, manipulation, violences verbales http://aequus.fr/articles/articles-6-164+peur-respect-manipulation-violences-verbales.php http://aequus.fr/articles/articles-6-164+peur-respect-manipulation-violences-verbales.php <strong><span style="font-size: 15px;">La peur, le respect, la manipulation et la violence verbale envers le cavalier<br /> </span></strong><br /> <br /> Cet article aurait pu être classé dans la rubrique "cavalier", mais s'agissant aussi d'un être vivant, l'être humain a droit lui aussi au respect le plus élémentaire, celui de sa peur et de sa dignité.<br /> <br /> <p style="text-align:center"><img src="http://aequus.fr/upload/peur.jpg" alt="" class="valign_" /></p><br /> <br /> La peur, que ce soit chez l'homme ou chez le cheval, est une réaction primaire issue de l'instinct de survie.<br /> Elle est une émotion commune à tous les êtres vivants.<br /> En tant qu'émotion humaine, même si elle ne paraît pas justifiée aux yeux de tous, même si elle peut paraître excessive, même si l'autre ne la partage pas, elle est digne de respect.<br /> Le seul antidote à la peur est la CONFIANCE. Le rire peut-être aussi...<br /> En tout cas jamais la violence, qu'elle soit physique ou verbale, encore moins la moquerie ou la colère.<br /> Si quelqu'un n'accepte pas votre peur, cette personne là a tort.<br /> <br /> <span style="color:green;">"On ne peut prétendre maîtriser un cheval tant qu'on ne se maîtrise pas soi-même."</span> En voilà une citation très à la mode, dont tout le monde use et abuse à tort et à travers! Je ne suis pas d'accord avec cette assertion parce qu' il m'est arrivé d'avoir vraiment peur, le cheval que je montais, au lieu de prendre le dessus ou bien la fuite, a pris le relais sur mes émotions pour me réconforter. La relation qui unit un cheval à son cavalier, qu'il soit son propre cheval ou un cheval monté occasionnellement, peut tout à fait transcender l' émotion primaire de peur ressentie par l'un ou l'autre pour la transformer. Il faut et il suffit que cheval et cavalier soient à l'écoute l'un de l'autre dans une relation amicale.<br /> <br /> Dans le même registre, que vous soyez cavalier de club, demi-pensionnaire, propriétaire de cheval, enseignant en formation, employé dans une structure équestre, décideur, il se peut que vous ayez été confrontés à l'adversité face à des revirements de comportement de la part des intervenants quels qu'ils soient.<br /> Comment arriver quand on y est soumis, à accepter l'idée que le comportement des gens qui gravitent autour du cheval puisse au fil du temps de détériorer au point de s'inverser ? Lorsque vous arrivez dans un endroit nouveau on vous accueille avec le respect nécessaire à l'autorité inhérente aux responsabilités d'un accueillant, RESPECT qui concerne la santé physique aussi bien que morale de la personne concernée, de sa sécurité et de ses droits.<br /> Quelques mois plus tard, l'arrivant n'a pas changé mais autour de lui il s'aperçoit d'une dégradation des relations ou des engagements, qu'il est incapable d' expliquer mais qui est bien présente. <br /> Quelques cas d'école à titre d'exemple: <br /> Dans tel établissement où il a confié son cheval l'arrivant propriétaire peut s'apercevoir que l'animal n'est plus sorti à heures fixes, quand il est sorti, quand on ne lui ment pas, que les soins n'ont pas été donnés quand ils auraient dû l'être, ou pire, qu'on aurait pu lever la main sur son cheval en son absence et lorsque il arriverait, le cheval partirait se terrer au fond du box dès qu'il lèverait la main. Dans le pire des cas le cavalier partirait en vacances et au moment où il reviendrait, l'animal serait mal en point, faute de soins. Dans tel autre endroit ce serait l'inverse, on respecterait l' animal mais c'est l'humain qui serait soumis à rude épreuve, choyé au début, puis de jour en jour la victime va prendre conscience qu'elle n'a plus que le droit que de se taire et d'obéir à l'arbitraire de décisions aléatoires, de se conformer à ses règles changeantes, contingentes, inconstantes. <br /> Ces décisions là peuvent être source d'illégitimité et d'injustice: par exemple être invité à participer à telle activité au début, puis au fil du temps, se voir refuser l'accès à ces mêmes activités ou tels chevaux, pour des raisons confuses ou tues.<br /> <br /> Le plus important, c'est le respect de la dignité humaine et cela fait couler beaucoup d'encre. <br /> <br /> Lorsque du jour au lendemain une personne se sent insultée par des sous-entendus, qu'ils soient verbaux ou écrits, on peut dire qu'il y a bafouement du principe de respect inconditionnel de l'autre quel que soit son âge, son sexe, sa santé physique ou mentale, sa religion, la condition sociale ou son origine ethnique. <br /> <br /> Il est difficile d'évaluer le nombre de personnes qui font l'objet de violences verbales, la forme de violence psychologique la plus silencieuse, et largement aussi dévastatrice que la violence physique.<br /> <br /> Le fait de prononcer des paroles insultantes ou injurieuses, d'insinuer la sottise, la paresse, la malhonnêteté intellectuelle, blesserait tout autant un individu que si on le frappait physiquement: La victime perdra l'estime qu'elle a d'elle-même si elle ne prend pas rapidement conscience de la manipulation sous-jacente. <br /> Si l'individu est un élève, il y a une faute professionnelle consciente ou non, elle est grave parce que les mots blessants, humiliants, les commentaires ou sarcasmes en public sont autant de brimades inacceptables, des comportements qu'il faire cesser.<br /> <br /> N'importe qui peut être victime de ce type de violences et nous sommes tous amenés à devoir faire face à cette situation un jour ou l'autre, sans regard de l'âge ou de l'origine, frère, s&#339;ur, voisin, adultes âgés ou jeunes... ce comportement peut être unique, inconscient, lié à un stress momentané, auquel cas l'agresseur s'en rendra compte et présentera des excuses, ou bien le fait d'une habitude de sa part et là il ne faut pas laisser faire.<br /> <br /> Toute forme de violence verbale est nécessairement manipulatrice, elle vise à prendre le contrôle de l'autre, qui ne prend pas nécessairement conscience de l'intention. Le seul indice qu'il a, c'est qu'il se sent beaucoup moins confortable, moins à son aise, moins heureux qu'avant. <br /> Quand on l'agresse, il se sent affligé, atterré, tellement surpris qu'il en est consterné et ne sait pas réagir. Avec beaucoup d'assurance et d'autorité, son agresseur le rabaisse et l'humilie par des insinuations litigieuses et plus ou moins énoncées, il sous-entend que l&#8217;autre est incapable, par exemple qu'il n'aura jamais accès à une certaine forme de Connaissance parce que c'est un "domaine réservé" à une élite de cavaliers et de chevaux pour prendre un exemple concret. De quel droit et à quel titre, la connaissance ne se partagerait-elle pas puisque c'est le cas en dehors des frontières ? Quelle valeur donner à une connaissance bien gardée dans des coffres et qui ne serait pas partagée?<br /> En tout état de cause et pour revenir au sujet qui nous intéresse, cette violence va créer un sentiment de peur, d'angoisse et de honte pour la victime et c'est la forme de violence la plus fréquente parce qu'elle est insidieuse et très difficile à prouver. <br /> <br /> Elle est souvent le fait d'individus instables eux même et manquant de confiance en eux, parfois narcissiques.<br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;">Comment détecter cette forme de violence?</span><br /> <br /> - On remarquera des accès de colère où l'on traite la victime de noms blessants, <br /> - on la blâme et on l'affuble de tous les maux.<br /> - Le dénigrement verbal est l'outil privilégié, <br /> - la fermeture: en ce sens où l'agresseur peut choisir d'ignorer ou ne pas répondre aux questions de sa victime dans le seul but de dominer la situation.<br /> - Des brimades du jour au lendemain au sujet d'acquis ou de droits évidents comme celui d'avoir accès à ses affaires dans vestiaire ou à celles d'un cheval dans une sellerie fermée, de trouver porte close sans avoir accès au cadenas au moment où il en a besoin, et si l'intéressé demande à disposer de la combinaison pour y accéder, de s'entendre dire que la règle est de ne pas lui donner la combinaison sous prétexte qu'il n'est pas digne de confiance et pour mieux pouvoir le dominer et le manipuler. <br /> Ce mécanisme de fonctionnement fait appel à des accusations non fondées, à des comportements humiliants et insultants, des attitudes menaçantes, visant à culpabiliser la victime face à une faute ou échec.<br /> La décision qui s'ensuit est unilatérale, autoritaire, dans un but de contrôle.<br /> Il peut s'agir d'abus de pouvoir, l'agresseur arrive même à insulter l'autre en sa présence et à l'humilier en public, ou devant ses amis. <br /> Ce manque de respect peut cacher une jalousie excessive, conduisant l'agresseur à mentir et cacher ce qu'il pense vraiment pour mieux dominer l'autre, à faire de la rétention d'informations pour abuser de la confiance de l'autre en prenant des décisions où l'autre devrait être impliqué sans le consulter. <br /> Une autre forme de brimade assez connue est le contrôle de l'autre par l'isolement, c'est assez fréquent et on s'en aperçoit facilement, car du jour au lendemain les règles changent et les portes se ferment arbitrairement sans que la victime soit capable de justifier les décisions par des raisons rationnelles. Avoir par exemple au départ l'accès à une certaine reprise ou à certains cours et au fil du temps se voir refuser cet accès sans être capable de donner une raison recevable, en érigeant une règle fantôme.<br /> Il y a une forme de tromperie dans ces attitudes, qu'il faut identifier au plus vite afin de s'en sortir sans perdre son identité.<br /> <br /> Dans toutes ses formes, la violence peut être très subtile et toujours difficile à prouver. <br /> <span style="font-size: 15px;"><span style="color:#339966;">La violence n'est pas toujours frappante, mais elle fait toujours mal.</span></span> <br /> <br /> Il est urgent de trouver le courage de réagir vite si possible par le dialogue, lorsque les menaces sont réitérées ou tout simplement insupportables. <br /> <br /> <br /> <br /> Quelles solutions en cas de préjudice moral mettant en grand péril l'intégrité physique ou mentale de la victime?<br /> <span class="text_hide">Caché:</span><div class="hide" onclick="bb_hide(this)"><div class="hide2">Concrètement si aucun accord n'a été trouvé par le dialogue, une poursuite interviendra après le dépôt de plusieurs mains courantes voire de plainte déposée au commissariat mettant en évidence l'intention de nuire en tentant d'établir les faits par tous les moyens possibles (attestations écrites, courriers reçus...). <br /> <br /> Il est utile de savoir que les injures sont punies par la loi, qu'elles soient proférées en privé ou en public, orales écrites ou contenues dans un support quelconque, que la personnes soit parfaitement identifiée ou identifiable même si elle n'est pas désignée de manière nominale.<br /> <br /> Définie, au même titre que la diffamation par l&#8217;article 29 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse comme :<br /> <br /> <em>« Toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l'identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés. Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait est une injure. »</em><br /> <br /> Toute injure publique envers un particulier est un délit:<br /> Toute injure privée envers un particulier constitutive d'une sanction. Seule une excuse de provocation, établie par tous moyens, appréciée souverainement par les tribunaux pourra la justifier.</div></div><br /> <br /> Sources: portail juridique communautaire Legavox.fr Sat, 21 Oct 2017 12:20:01 +0200 Tenue correcte exigée http://aequus.fr/articles/articles-26-163+tenue-correcte-exigee.php http://aequus.fr/articles/articles-26-163+tenue-correcte-exigee.php <p style="text-align:center"><strong><span style="font-size: 15px;">Tenue correcte exigée: Quand le vêtement fait jurisprudence.</span></strong></p><br /> <br /> Il arrive que l'on croise sur les terrains de concours, dans les écuries de propriétaires, dans les clubs, des enseignants ou des cavaliers qui portent des tongs, des shorts courts, des chemises débraillées, des t-shirts avec des épaules nues et un "dos nageur", en particulier l'été en période de canicule. Que dit la loi à ce sujet et où placer le curseur? Où s'arrête la liberté individuelle de s'habiller à sa guise?<br /> <br /> <p style="text-align:center"><img src="http://aequus.fr/upload/burkaa640480.jpg" alt="" class="valign_" /></p><br /> Que dit la loi?<br /> <br /> L&#8217;article L 1121-1 du code du travail dispose que « nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché ». Il est évident qu'en dehors des règles d'hygiène et de sécurité, la restriction imposée par l&#8217;employeur doit être justifiée, proportionnée au but recherché et justifiée par la tâche à accomplir.<br /> <br /> La prise de liberté et les entorses faites aux règles vestimentaires, aux codes et aux "valeurs morales", à l'aube du XXI° siècle, fait encore couler de l'encre, justifie des jugements, en particulier dans le cadre d'un travail salarié. <br /> Peut-on s'habiller comme bon nous semble ? L'employeur peut-il réglementer le port d'une tenue de travail? <br /> On ne s&#8217;habille pas pour se rendre à son travail comme pour aller à la plage.<br /> <br /> Pour des raisons d'hygiène et de sécurité, lorsque le salarié est au contact de la clientèle, le dress code peut être imposé, a fortiori dans le milieu équestre, en contact avec la clientèle et pour des raisons de sécurité évidentes. <br /> Le port du casque est obligatoire par exemple, de même que le port d'un bermuda, d'un short, de vêtements dénudant tout ou partie du corps, à l'appréciation de l'employeur, pour un salarié en contact avec la clientèle, peut être interdit.<br /> Le problème se pose en temps de forte chaleur comme c'est le cas en ce moment: peut-on impunément se dévêtir pour éviter les coups de chaleur?<br /> <br /> La réponse dépend bien évidemment de la fonction exercée, si des règles de sécurité doivent être respectées et si l'on est en contact de la clientèle. Mini-jupes, maxi décolletés, vêtements transparents, shorts courts, débardeurs ou T-shirts avec les épaules nues, peuvent tout à fait être laissés au placard durant les heures de travail, et sont susceptibles de donner lieu à des sanctions, allant jusqu'au licenciement, mieux vaut le savoir.<br /> En contrepartie, lorsque le port d'une tenue spécifique de travail inhérente à l'emploi est exigée, l'employeur est tenu de prendre en charge son entretien par le remboursement des frais engagés par le salarié.<br /> <br /> Par fortes chaleurs, le salarié doit rester vigilant sur sa tenue vestimentaire s'il ne veut pas s'exposer à des ennuis. Là encore le bon sens est de rigueur.<br /> Dans tous les cas, certaines obligations en matière vestimentaire peuvent apparaître dans le contrat de travail, le règlement intérieur, une note de la direction, un code d'entreprise. Mon, 31 Jul 2017 00:00:01 +0200 Salivation, signe de décontraction? http://aequus.fr/articles/articles-0-162+salivation-signe-de-decontraction.php http://aequus.fr/articles/articles-0-162+salivation-signe-de-decontraction.php <p style="text-align:center"><img src="http://aequus.fr/upload/salivation500.jpg" alt="" class="valign_" /></p><br /> <br /> <strong>La salivation, signe de décontraction?</strong><br /> <br /> Un cheval a une bonne bouche lorsqu'elle reste fraîche, sans jamais être ni sèche ni mouillée et si l'écume reste légère tout en n'étant pas trop abondante, c'est alors le signe d'une bonne acceptation du mors et d'une bonne relaxation.<br /> <br /> Croire que le cheval qui écume ou qui bave beaucoup a une bonne bouche est une erreur.<br /> <br /> Pour produire cette mousse épaisse et savonneuse, le cheval contracte forcément la langue, il ne peut donc pas avoir la bouche libre, tranquille et prête pour les actions de mains du cavalier.<br /> <br /> Le cheval produit cette mousse : <br /> - soit en faisant continuellement tourner sa langue, <br /> - soit en la raclant contre la mâchoire supérieure, <br /> - soit en la faisant passer par dessus le mors, <br /> - soit en la roulant en boule dans le gosier, <br /> - soit en jouant avec les branches du mors.<br /> <br /> <br /> <em>Source: James Fillis, Principes de dressage et d'équitation</em> Mon, 03 Apr 2017 12:51:01 +0200 Impulsion et Rassembler http://aequus.fr/articles/articles-0-161+impulsion-et-rassembler.php http://aequus.fr/articles/articles-0-161+impulsion-et-rassembler.php <p style="text-align:center"><img src="http://aequus.fr/upload/epaules.jpg" alt="" class="valign_" /></p><br /> <br /> Constat:<br /> Le poids du cavalier sur le dos de son cheval s'accompagne toujours d'un raccourcissement des allures et une précipitation du cheval.<br /> La maxime du Général Lhotte "Calme en avant et droit" propose le calme en premier lieu et ce n'est pas sans raison.<br /> <br /> L'erreur couramment commise par 80% des cavaliers est de monter le cheval en force, entre jambes et mains pour essayer de rétablir l'équilibre du cheval tout en conservant une cadence soutenue, mais c' est un miroir aux alouettes dans la mesure où la contrainte provoque une diminution de l'amplitude des allures et conserve au cheval une cadence souvent trop élevée. <br /> <br /> Quand l'attitude du cheval est contrainte, ses mouvements deviennent moins fluides, il a du mal à céder et à rester en place. C'est le cas des chevaux "emboutis" que l'on raidit entre mais et jambes avec une équitation coercitive. Si l 'encolure est maintenue très haute trop tôt et que le dos du cheval n'a pas été préparé par une construction minutieuse sur la base d'étirements vers le bas, l,harmonie musculaire risque fort d'être mise à mal.<br /> <br /> Pour obtenir qu'un cheval aille au fond d'une cession, il serait tellement plus logique de procéder d'abord par un ralentissement suffisant de l'allure dans laquelle on travaille, tout en acceptant dans un premier temps d'avoir l'impression que le cheval se déplace en sous-impulsion, (cette impression qu'il ne "pousse" pas ou qu'il ne "travaille" pas). <br /> <br /> La mise en place d'une musculature adaptée est à ce prix, et on ne pourra aborder une posture correcte pour le cheval par la recherche de la bonne attitude, l'amplitude du geste, qu'une fois le calme et la décontraction dans la LENTEUR seront atteints. Mon, 03 Apr 2017 09:24:47 +0200 Porter des gants dans la pratique de l'équitation http://aequus.fr/articles/articles-8-160+porter-des-gants-dans-la-pratique-de-l-equitation.php http://aequus.fr/articles/articles-8-160+porter-des-gants-dans-la-pratique-de-l-equitation.php <strong>Porter des gants dans la pratique de l'équitation: Pour ou contre?</strong><br /> <br /> <p style="text-align:center"><img src="http://aequus.fr/upload/gants.jpg" alt="" class="valign_" /></p><br /> <br /> Au delà du signe d'élégance que constitue le fait de porter des gants à cheval, les gants sont obligatoires en compétition de dressage, attelage ou hunter entre autre, pour des raisons de sécurité.<br /> <br /> Si la commissure des lèvres du cheval ne dégage que peu de sensibilité, la langue, richement vascularisée est beaucoup plus sensible, le palais et les barres également, et toute action du mors dont le pont ne serait pas lisse et arrondi peut offenser le cheval. <br /> Il en va de même pour l'auge, partie également sensible, potentiellement offensée par la gourmette de certains mors à effet de levier: porter des gants a une incidence sur les actions sur le mors.<br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;">Avantages:</span><br /> <br /> - En extérieur ou sur un cross, les gants servent à éviter d'avoir les rênes qui glissent des mains lorsqu'il pleut, ou des rênes qui se rallongent intempestivement.<br /> - Lorsqu'on travaille son cheval à la main, il est conseillé de porter des gants, pour éviter l'échauffement consécutif aux tractions du cheval sur la longe, dans le cas où il se défendrait ou chercherait à se dégager suite à une frayeur. <br /> - En hiver, porter des gants chauds permet d'éviter d'avoir les doigts engourdis par le froid. <br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;">Inconvénients au regard de la sensibilité naturelle de la bouche du cheval</span><br /> <br /> - Lorsqu'il travaille son cheval à pied, le dresseur offre un point d'ancrage par rapport au sol et il développe une force sous-estimée qui est bien plus importante que lorsqu' il est à cheval: toutes ses actions de mains sont augmentées du fait que le cavalier au sol reste dans un référentiel statique par rapport à celui du cheval en mouvement, le cavalier devra avoir la main liante et du tact.<br /> <br /> - Dans le cas d'un cheval sensible, une action brusque ou rigide de la main du dresseur au sol risque d'être douloureuse pour la bouche du cheval et entraîner un durcissement de cette dernière, grevant toute action légère. <br /> <br /> - A cheval, même s'ils sont très fins, les gants présentent cette couche supplémentaire qui isole le cavalier de certaines informations en provenance de la bouche du cheval, certaines mico-résistances peuvent ainsi passer inaperçues. Dans le cadre d'un travail en finesse et dans le cas d'un cheval sensible, la présence de gants va diminuer les sensations du cavalier et va conduire à des aides d'autant moins précises que les gants sont épais. <br /> <br /> Dans la recherche de la légèreté et dès le début de l'éducation du cheval, le cavalier recherche la décontraction de la mâchoire pour obtenir une décontraction générale du cheval et favoriser une locomotion juste. <br /> Dans le cas particulier où le cavalier travaille en <strong>bride</strong>, obligatoire dans certaines compétitions de dressage, l'action de la gourmette sur l'auge est à prendre en considération, l'auge est une partie sensible, les nerfs mandibulaires pouvant être agressés par une gourmette, habillée ou non, qui ne serait pas posée sur son plat. L'intérêt de monter en bride sans gants permettra une bien plus grande finesse dans les aides, déjà largement démultipliées par les effets du mors de bride et la minceur de son mors de filet. <br /> <br /> A tester absolument par les cavaliers à la recherche du tact et dont les chevaux sont sensibles. Mon, 03 Apr 2017 06:31:01 +0200 Gare au gel ! http://aequus.fr/articles/articles-16-159+gare-au-gel.php http://aequus.fr/articles/articles-16-159+gare-au-gel.php <strong>Gare au gel, comment ne pas se laisser surprendre?</strong><br /> <br /> Comment éviter les catastrophes à l'écurie?<br /> <br /> La première chose qui gèle en hiver c'est l'eau. Dès q'une baisse de température est annoncée, on se préoccupe de plusieurs choses.<br /> <br /> - Protection des canalisations:<br /> Le plus simple est de couper l'eau et purger les circuits de l'installation.<br /> Evidemment l'abreuvement des chevaux s'en trouve un peu compliqué, mais moins longtemps que si la canalisation est endommagée.<br /> <br /> <p style="text-align:center"><img src="http://aequus.fr/upload/gare_au_gel600.jpg" alt="" class="valign_" /></p><br /> <br /> <a href="http://aequus.fr/forum/topic-412+gare-au-gel-suite.php#m10766">Lire la suite</a> la discussion continue sur le forum, pour les membres inscrits et validés. Wed, 25 Nov 2015 05:50:01 +0100 Le pas, une allure facile à dérégler où la qualité de la main est capitale. http://aequus.fr/articles/articles-10-158+le-pas-une-allure-facile-a-deregler-ou-la-qualite-de-la-main-est-capitale.php http://aequus.fr/articles/articles-10-158+le-pas-une-allure-facile-a-deregler-ou-la-qualite-de-la-main-est-capitale.php C'est bien souvent à cause de la main du cavalier que la plupart des chevaux entrent en défense.<br /> <img src="http://aequus.fr/upload/pas_encapuchonne.jpg" alt="" class="valign_" /><br /> Lorsque les actions de main sont extrêmes comme c'est le cas dans l'hyperflexion ou Rollkür, la cadence du pas va d'abord s' altérer, les battues ne seront plus régulières, ensuite c'est tout le dos du cheval qui se contractera (en particulier le muscle long dorsal), aboutissant à une latéralisation de plus en plus poussée de l'allure, pouvant entraîner l'amble.<br /> <br /> Un cheval qui souffre parce que la main de son cavalier est trop dure va contracter son dos et ce dernier ne fonctionnera plus correctement.<br /> <br /> Avoir une main légère?<br /> <br /> Pour être sûr d'avoir la main légère, il est bon de temps à autres, de laisser filer les rênes, au pas, aidant le cheval à retrouver un pas souple et ample, le cheval ayant au pas, besoin de son balancier pour fonctionner. C'est en particulier au pas que les balancements de l'encolure sont le plus indispensables pour que les muscles du dos restent décontractés.<br /> <br /> Au pas, si la main agit vers l'arrière pour contrôler la nuque, les muscles du dos du cheval vont immanquablement se durcir et entraîner des contractures douloureuses, la nuque restera bloquée par un angle aigu entre la tête et les premières cervicales, n'autorisant pas le cheval à se livrer de manière mécanique. Il ne peut plus bouger sa nuque latéralement, céder devient impossible. L'utilisation des rênes fixes ou allemandes à cet égard est à éviter.<br /> <br /> A terme, un placer machinal, à travers les tensions négatives ressenties dans le dos, aboutiront à une neutralisation des différentes phases du pas: Il en résultera un décalage des phases, les pieds dérouleront alors un mouvement plus ou moins simultanément leurs posers, tendant vers l'amble.<br /> <br /> <br /> L'équitation de tradition classique et l'approche Cheval-Oblige II sont là pour assurer au cheval la conservation de ses allures naturelles, le principe d'harmonie prévalant sur celui de performance.<br /> <br /> Afin d'éviter au cheval des douleurs inutiles, voici quelques conseils de base un peu oubliés:<br /> <br /> La main peut s'avancer, se déplacer légèrement à gauche ou à droite, vers le haut et vers les oreilles, pour reprendre par la suite sa place. Chaque main du coté de chaque oreille, sans jamais franchir la crinière.<br /> <br /> La main du cavalier ne doit jamais reculer, ni agir vers le bas, vers les cuisses, la "rêne dite de braguette" peut être oubliée, elle est trop dure pour la bouche du cheval. <br /> <br /> <span style="font-size: 20px;">A ne pas faire:</span><br /> <img src="http://aequus.fr/upload/logique_contraires_600.jpg" alt="" class="valign_" /><br /> <br /> Pour faire simple:<br /> <br /> Les coudes ne doivent jamais reculer, et quand les mains agissent, elles le font de manière discontinue et cèdent dès que le cheval cède en desserrant les doigts, l'action est dirigée toujours au dessus du plan de la bouche du cheval.<br /> <br /> Si le cheval lève la tête exagérément, il convient de lever les mains de manière à les avoir au dessus du plan de la bouche si l'on veut que le cheval cède et d'agir par intermittence et à la mesure de la résistance du cheval, ni plus, ni moins.<br /> <br /> Il est inutile de vouloir agir par tractions vers le bas ou vers l'arrière comme on le voit souvent, ces actions sévères n'aboutiront qu'à faire entrer le cheval en résistance puisque l'action va lui faire mal et qu'il va pouvoir trouver un point fixe et s'appuyer.<br /> <br /> En agissant sur la commissure des lèvres, partie molle de la bouche du cheval, ce dernier ne peut pas s'appuyer, il cèdera d'autant plus facilement avec des actions de mains de plus en plus fines.<br /> <br /> Un autre principe primordial à prendre en compte lorsque la main agit, c'est surtout de ne pas agir avec les jambes en même temps:<br /> <br /> C'est le principe de François Baucher: "Mains sans jambes, jambes sans mains."<br /> <br /> Quand les mains agissent, les jambes cèdent, elles restent près du cheval, de manière à ne pas le blaser et à êtres prêtes à agir si ce dernier s'éteint.<br /> <br /> C'est seulement une fois que le cheval a cédé ou dégluti que la main cède et que la jambe prend le relais.<br /> <br /> A contrario, dès que la jambe agit, les mains cèdent, de manière à ne pas donner deux ordres contradictoires. On ne conduit pas une voiture en accélérant et en ayant le pied sur le frein en même temps.<br /> <br /> Pour finir la position des mains est capitale, les mains doivent toujours demeurer en avant du garrot du cheval, et au dessus de l'horizontale de la bouche du cheval, les coudes du cavalier ne reculent jamais. Thu, 10 Apr 2014 10:57:01 +0200 Véritables pommes dauphines maison de Noël http://aequus.fr/articles/articles-30-157+veritables-pommes-dauphines-maison-de-no-l.php http://aequus.fr/articles/articles-30-157+veritables-pommes-dauphines-maison-de-no-l.php <strong><span style="font-size: 20px;">Véritables pommes dauphines fabrication maison de Noël</span></strong><br /> <br /> <a href="http://aequus.fr/cuisiner/spip.php?article83">Lire la suite...</a><br /> <br /> Les fêtes approchent à grands pas, c'est le moment de rassembler les recettes de mets raffinés.<br /> Voici celle des pommes dauphines fabrication maison, succès assuré !<br /> <img src="http://aequus.fr/upload/pommes_dauphine.png" alt="" class="valign_" /> Fri, 20 Dec 2013 23:21:01 +0100