Visiteurs: 215395
Aujourd'hui: 68
Se connecter



S'inscrire
Mot de passe oublié

Newsletter


Archives

Il n'y a pas de mauvais chevaux, il n'y a que des mauvais cavaliers.
Auteur inconnu
 
Lorsque le cavalier souhaite monter son cheval en bride, il doit porter des éperons. Cet exercice est demandé pour le passage de certains examens fédéraux en équitation classique, et également dans certaines compétitions de dressage.



Les branches des éperons doivent toujours rester parallèles au sol
. Si l'éperon est plus haut que la branche il est trop sévère, s'il est plus bas, il est inefficace.

Comment mettre en place les éperons?

Les branches des éperons doivent être suffisamment malléables pour pouvoir être adaptés aux chevilles.
La branche interne de l'éperon est légèrement plus courte, l'éperon doit toujours être positionné vers le bas (sauf pour l'éperon col de cygne) et la boucle se trouve à l'extérieur pour ne pas gêner le cheval.

Les taquets d'éperons sont en général gênants pour l'ajustement de l'éperon, et celui de certaines boots peut aller jusqu'à râper le poil des flancs des chevaux y compris sans éperon !


Attention dans le choix des boots dans tous les cas, à ce que la position des taquets ne soit pas trop haute.

Dans la position classique,pour que l'éperon soit efficace, les branches sont horizontales et l'éperon repose sur un ou deux taquets. On peut aussi le placer en position moyenne ,légèrement en dessous du taquet, ou en position basse , entre le taquet et le talon de la botte. Il suffit de faire glisser un peu les branches le long des courroies et d'incliner légèrement l'éperon.



Conseil:
les courroies en cuir, même si elles sont plus délicates à entretenir, adhèrent bien mieux à la botte que les courroies en nylon.

Utilisation:

Les éperons sont employés en particulier par les cavaliers qui montent en bride pour renforcer et préciser l'action de la jambe, et par les cavaliers de CSO pour affiner leurs demandes, ces cavaliers sont censés faire en sorte que le cheval les respecte, mais sans les craindre.

L'éperon renforce l'action de la jambe si et seulement si cela est nécessaire.
Le cavalier doit savoir ne pas s'en servir et apprendre à s'en passer une fois l'obéissance obtenue.
L'éperon permet surtout une action plus précise que celle du mollet ou du talon puisqu'il agit finement, en un point précis du flanc du cheval.

Actions de l'éperon, crescendo :

"Un rasoir entre les mains d'un singe"



•1 Appliquer une pression : L'appui est progressif, utilisé par exemple pour passer à l'allure supérieure.
•2 Toucher : Contact bref et léger à la sangle
•3 Pincer : appui plus marqué que le toucher, s'exerçant d'arrière en avant. Utilisé pour rappeler le cheval à l'ordre.
•4 Piquer : La pointe du pied du cavalier se tourne vers l'extérieur, l'éperon agit brièvement dans la perpendiculaire du flanc du cheval.
Cette action est plus forte que le pincer. Elle doit pouvoir être évitée si le cavalier sait anticiper et qu'il a du tact.
•5 Agir par attaque: Comme son nom l'indique elle est utilisée pour porter un cheval acculé en avant ou pour corriger une désobéissance.
Elle devrait être évitée ou remplacée par un rappel à l'ordre avec la cravache.
Elle est le signe d'un cavalier maladroit, brutal et sans tact, qui n'anticipe pas, et devrait toujours pouvoir être évitée .




Le cheval droitier sur le cercle Membres antérieurs