La tonte des chevaux

La tonte des chevaux



Les chevaux voient leur température monter assez facilement et sont difficiles à refroidir. Il est plus important de penser au coup de chaleur qu’à leur apparence. Tandis que nous sommes à l’aise de 10 à 30 ° C, le cheval l’est de -10 à 15. Pourquoi? Parce que la plupart des races de chevaux ont évolué dans des climats froids. Leur corps est conçu pour produire et emmagasiner de la chaleur, à la différence de nous les humains ; nous avons perdu cette capacité depuis que nous vivons bien au chaud dans nos maisons.

En août, la plupart des chevaux et poneys commenceront à perdre leurs poils d’été plus léger et à développer un manteau plus épais et plus lourd afin de préparer une défense pour l'hiver. Ce nouveau manteau de poils est bien utile lorsque le cheval reste au pré, dans un environnement froid et humide et n’a qu’une pâture clairsemée à se mettre sous la dent.
Mais nous lui demandons maintenant de travailler et d’exécuter des exercices que la nature n'a jamais prévu pour lui. De plus, nous avons créé un environnement artificiel, comme le boxe et dorénavant, il ne connaît plus de période de carence alimentaire.
Cette protection supplémentaire qui était si nécessaire, peu parfois faire plus de mal que de bien, particulièrement si votre cheval est invité à travailler fréquemment.
En vue des chaleurs d'été, la plupart des chevaux commenceront à perdre leurs manteaux d'hiver en février lorsque les journées redeviennent sensiblement plus longues. Malheureusement, parfois, les chaleurs reviennent avant que votre cheval ait eu le temps de perdre son manteau.
Et là, le cheval a beaucoup de difficultés à supporter cette chaleur. La tonte à 3 millimètres est recommandée pour un cheval travaillant au dessus de 24 degrés C.


Pourquoi faut-il tondre ?
La première raison est la plus importante, celle de la santé et du confort du cheval. L'hyperthermie (surchauffe) se produit quand le corps d'un cheval produit plus de chaleur qu’il ne peut en évacuer.
Un cheval qui a trop chaud sue abondamment. Cette transpiration intense est une cause de déshydratation.
Cela peut être aussi une cause de perte de forme physique pour le cheval de sport, même si il est correctement nourri. Les conditions deviendront impossibles pour un cheval en concours.
Ce manteau d’hiver imbibé de sueur peut prendre des heures à sécher, laissant le cheval dans des conditions humides et froides, de parfaites conditions pour attraper une pneumonie.
Les parasites aiment ces toisons d’hiver.
Le pansage est long est très difficile. La sueur séchée qui n'est pas enlevée peut blesser par le frottement du tapis de selle. Elle peut causer des infections. La boue est beaucoup plus facile à enlever quand le manteau est court. Cependant, La tonte ne devrait jamais remplacer un pansage approprié.
Les problèmes, tels que les gonflements, blessures et les maladies de peau, peuvent passer inaperçus lorsqu’ils sont cachés dans tous ces poils.
Le traitement de n'importe quel type de problème de peau est plus facile et plus efficace avec le poils court...
Quand tondre?
Il faut en principe attendre que le poil ait complètement poussé. En fonction des régions, vous tondrez vers le milieu d’octobre ou de novembre. On peut cependant retarder la tonte en couvrant le cheval avec une chemise dès les matins frais. On doit parfois retondre le cheval une seconde, voire une troisième fois au cours de l’hiver.

Les contraintes:
Votre cheval devra être couvert en permanence, mais il pourra aller au paddock ou au pré aux heures les plus chaudes de la journée, éventuellement avec une couverture en bâche, avec des sangles croisées pour qu’elle ne bouge pas. S’il fait très froid, ajoutez une sous-couverture de laine sous la couverture d’écurie. Et s’il fait moins froid dans la journée, vous pourrez enlever la grosse couverture d’hiver et mettre une chemise en laine ou en polaire. Vous devrez prévoir un couvre-reins pour sortir votre cheval. Déshabillé dans le froid, il risque de s’ébrouer pour se réchauffer, c’est alors très tonique ! Pensez également à nettoyer les couvertures pendant l’hiver, cela évitera qu’elles ne deviennent rigides de saleté
La tonte est une question d'hygiène, d'esthétique et de commodité. Lorsque le cheval est travaillé régulièrement la tonte limite la transpiration, (il faut toutefois être vigilant après l'effort et le couvrir immédiatement dans le cadre d'une tonte complète). Cela permet de garder un cheval propre plus facilement, de détecter et de soigner une blessure plus aisément. Les tontes les plus utilisées :

La tonte Complète :



la tonte complète est destinée aux chevaux qui travaillent intensément ou qui sortent en compétition durant la saison d'hiver. Les membres tondus sont plus faciles à garder propres, même si un poil léger repousse afin d'assurer une protection minimum. Le poil reste un moyen de protection et dans le cas d'une tonte intégrale il est judicieux de laisser un ovale au niveau du garrot.

La tonte de Chasse :



Les chevaux de chasse à courre et les hunters travaillent beaucoup et longtemps. Ils ont donc besoin d'être tondus, mais leurs membres doivent rester protégés des épines et des chocs. De plus, leurs reins peuvent être endoloris par le poids du cavalier qu'ils portent durant plusieurs heures; les poils permettent de faire un tapis de selle naturel.
 
Une variante: La Tonte en "S"

Tonte des épaules uniquement, en "S"

L'avantage de ces deux tontes est de conserver le couvre-rein naturel du cheval en hiver.

La tonte de Course ou en "Manteau" :
C'est celle que je préfère.


Un manteau de poils est laissé sur le dos, les reins et la croupe, alors que la tête, l'encolure, les épaules et le ventre sont rasés. Cette tonte est utilisée pour des chevaux à la peau fine qui travaillent beaucoup et qui ont besoin d'une protection supplémentaire sur les reins.
La tonte peut être adaptée aux besoins spécifiques de votre cheval ou de votre poney. Avec l'expérience, vous remarquerez les endroits où il transpire le plus et vous saurez quelles zones de son corps vous devez tondre et en quelle quantité. En hiver, les marques au fer rouge peuvent être tondues pour rester visibles malgré l'épaisseur de la robe. Astuce : Tracez la découpe de tonte Vous pouvez tracer les contours de la tonte, que vous souhaitez réaliser, avec une craie avant de commencer la tonte. Remarque : La pause d'une couverture dès les premiers froids permet de ralentir la pousse du poil et par conséquent, de ne pas tondre, tout en maintenant une couverture pas trop chaude durant l'hiver.
Pour optimiser la tonte de votre cheval, penser à l'étriller et à le brosser avant de le tondre, afin qu'il soit le plus propre possible, la saleté pouvant diviser par 10 la durée de vie de l'affûtage des peignes de la tondeuse. Les peignes doivent être lubrifiés avant et, régulièrement, pendant l'utilisation. Pour le réglage des peignes, il faut serrer la vis de réglage jusqu'à ce que vous sentiez la première résistance, serrez-la ensuite d'1/4 de tour supplémentaire. Durant la tonte si les peignes ne coupent plus suffisamment, il faut resserrer la vis de réglage d'1/4 de tour supplémentaire. Si ce réajustement reste sans succès, il faudra faire affûter peigne et contre peigne. Après l'utilisation, nettoyer soigneusement les peignes avec une petite brosse (généralement fournie) pour enlever les restes de poils et les enduire de graisse, pour éviter l'oxydation. Le corps de la tondeuse doit être nettoyé avec un chiffon doux, ainsi que le filtre à air.
Une fois le cheval tondu, il est vivement conseillé de le couvrir
Comment bien tondre ?
Dans tous les cas, pour la découpe des jambes, faites des coupes précises et esthétiques, la qualité d’une tonte se remarque beaucoup à ce détail.
Aussi pour les coups de tondeuse : selon la qualité d’une tondeuse, on peut apercevoir après la tonte, plus ou moins des traces de peignes : ne vous inquiétez pas, elles disparaîtront d’ici une semaine ou deux, le temps que tous les poils aient retrouvé la même longueur (et oui, un poil à peine tondu repousse de nouveau !).
Il ne faut surtout pas tondre un poil mouillé ou sale : dans le cas d’un poil mouillé, attendre le séchage total de la robe, sinon vous pourriez abîmer la tondeuse, et dans le cas d’un poil sale, pansez au maximum pour enlever la saleté.
Prenez votre temps et ne commencez pas une tonte à 4 heures de l’après midi. Prévoyez au moins 2 heures minimum si vous n’êtes pas trop sur de la durée.
Dans tous les cas, si vous n’êtes pas sur de vous, laissez le travail à un habitué, mieux vaut apprendre en regardant qu’en faisant des bêtises, les erreurs sur une tonte se voient quand même assez longtemps.
Faites attention aussi au caractère de votre cheval : s’il n’a jamais été tondu, habituez le au bruit et à la manipulation.

Comment procéder ?
 

Tout d’abord, assurez vous que vous avez choisi un endroit calme, sans courant d’air, sec et propre, non glissant, muni évidemment d’une prise de courant. Choisissez un endroit où il est facile et pratique d’attacher son cheval. Tondez de préférence en pleine après midi, pas trop tard.
Une fois que vous avez choisi le modèle de tonte, vous pouvez commencer.
Commencez par tondre l’encolure, le cheval bougera peut être, selon son caractère, mais une fois l’encolure tondue, il aura du temps pour comprendre que vous ne lui voulez aucun mal et que cela peut même lui faire du bien.

Pour l’encolure, commencez du coté hors crinière : faites attention aux crins, marquez bien la limite crins et poils afin de ne pas oublier de poils mais aussi de ne pas couper de crins. Ensuite passez au cou, au poitrail : pour cet endroit, faites attention aux épis de poils, il sera alors nécessaire de passer la tondeuse dans plusieurs sens afin de tondre les poils bien à ras, tondez toujours dans le sens inverse du poil pour une tonte à ras.
Passez ensuite au garrot (là aussi attention aux crins !) et au dos (pour laisser un padd, prenez un tapis en forme de selle et tracez la découpe avec une craie). Ensuite tondez le ventre, faites attention aux chevaux sensibles et aussi attention au nombril, parfois assez prononcé chez certains chevaux.
La croupe : l’endroit en général le plus sale chez les chevaux, l’endroit des reins formant un léger creux, et accumulant la crasse.
Découpe de la queue : là aussi, vous pouvez soit former une pointe de poils, soit tondre le poil à ras de la queue, sans toucher à la naissance des crins bien entendu.
Pour tondre le coté crins de l’encolure, une petite astuce pour les chevaux à longue crinière : attachez en plusieurs nattes la crinière en laissant l’élastique au milieu de la natte, de manière à pouvoir basculer la natte de l’autre coté de l’encolure et qu’elle y reste rien qu’avec son propre poids. Pour cet endroit, toujours veiller à calmer le cheval qui bougerait, il ne faudrait pas qu’il fasse un mauvais mouvement au moment où vous coupez le poil près du crin, à mon avis qu’une mèche de crinière en moins se verrait ! !

Les limites des jambes : Vous pouvez si vous le souhaitez, tracer des limites à la craie afin de ne commettre aucune fausse note. Pour bien délimiter la forme, n’hésitez pas à couper le poil avec le bout de la tondeuse afin de bien voir le travail exécuté. Idem pour les antérieurs.
Une fois la tonte en gros terminée, prenez soin de vérifier les faux coups de tondeuse, c’est à dire de vérifier que tous les poils de la robe ont été coupés. Pour cela, brossez votre cheval, et repassez la tondeuse aux endroits où il reste encore des poils.
Un cheval n’a pas que les poils de la robe qui poussent, les jambes aussi ! Pour égaliser les poils des jambes, passez la tondeuse dans le sens de pousse du poil mais ne collez pas la tondeuse sur les jambes ( vous risqueriez de faire des tonsures, et à partir de là vous risquez de devoir continuer à tondre les jambes, pas facile du tout chez les chevaux !). Ainsi vous éliminerez les poils superflus des jambes et égaliserez aussi les fanons en délimitant un début de touffe, juste en dessous du genou.

Profitez-en également pour tondre l’auge de votre cheval, attachez le licol autour de son encolure afin de laisser cet endroit libre. Et tondez le dessous de la tête, et pour finaliser le tout, passez la tondeuse dans le sens du poil (pour désépaissir) sur les ganaches ( les joues) afin de faire une belle finition. Pour les chevaux les moins craintifs, profitez en également pour ajuster les poils dans les oreilles et autour des oreilles : n’oubliez pas que pour ajuster une hauteur de poils, vous devez passer la tondeuse dans le sens du poil et pour raser la passer dans le sens inverse.

Au final, coupez les châtaignes et les ergots (ce sont des morceaux de corne comme les châtaignes qui se trouvent juste au dessus du pli du paturon).
Astuce pour dégraisser une robe juste tondue : passez un chiffon imbibé d’alcool, hormis pour la tête. Cette pratique a pour objet de dégraisser la robe et d’éliminer les impuretés. Prenez garde à l’utilisation de l’alcool à brûler et sachez qu’il existe également des produits vendus sur le marché ayant cette propriété.
Spécificités de certaines tondeuses:
La tonte se fait toujours dans le sens inverse du poil, avoir à portée de main : bouteille d' huile pour tondeuse, un récipient d' huile pour y tremper les lames, une brosse, un chiffon pour essuyer l'excés d' huile et un jeu de peignes de rechange. Pour obtenir de meilleurs résultats, il faut parfois croiser les coups de tondeuse, donc les coupes du poil

La conformation de certaines tondeuses implique que lors de la tonte, la tondeuse ait un angle de 15 à 20 degrés avec le corps du cheval.
De cette façon les peignes couperont à longueur correspondant à leur caractéristique : A2F = 1.5mm, A2 = 2.5mm... pour les tondeuses de marque Lister.

La plupart des autres tondeuses impliquent que la tondeuse soit au niveau du corps du cheval, ce qui peut entrainer un inconfort pour la personne qui tond et pour le cheval quand les peignes chauffent.

Modifier l' angle de tonte peut avoir des effets non désirés :
variation de la longueur de tonte, impossibilité de tondre, inconfort pour le cheval.
Toutes les 3 ou 4 minutes plonger les peignes dans le récipient d' huile, la tondeuse étant en marche, arrêter la tondeuse et essuyer l'excés d' huile, remettre en marche et continuer à tondre.

Toutes les 8 à 10 minutes, lubrifier complètement la tondeuse. Vérifier avec la main si les peignes ne sont pas trop chauds, si c' est le cas, les remplacer par des peignes froids le temps de laisser les autres se refroidir. Toujours utiliser les peignes par paires et bien veiller à ne pas les interchanger.

Si vous éteignez votre tondeuse dés que vous ne tondez plus, vous prolongerez sa vie et celle des peignes et de cette manière les peignes se refroidiront.
 
Sources: Prima.


Lire la suite...