Visiteurs: 280433
Aujourd'hui: 94
Se connecter



S'inscrire
Mot de passe oublié

Newsletter


Archives

« La position prime sur l’action. »
.
 
Rss Qu'est-ce qu'une bonne selle?
Une bonne selle?

Les chevaux qui présentent des troubles du comportement au niveau de la pose de la selle, du sanglage, de la monte montrent certainement à leur manière leur souffrance sous la selle!

Il est facile de contrôler si la selle n'est pas suspecte, voici quelques pistes:

- Les critères d'une bonne selle

Les points essentiels à contrôler sur votre selle


La selle ne doit en aucun cas toucher les cotés de la colonne vertébrale du cheval.
Cette colonne est fragile, particulièrement au niveau du garrot où les épines des vertèbres sont longues et peuvent ainsi être facilement mise en dysfonction lors de toute pression latérale due à la selle (au montoir depuis le sol par exemple)

La selle ne doit en aucun cas toucher le dessus des vertèbres.
Tout frottement peut blesser, comprimer et aussi créer de gros problème osseux, cardiaques, respiratoires, nerveux ou
ligamentaires donc toujours penser à bien dégarroter vos tapis, autant au niveau du garrot que de l'arrière de la selle.
Préférer une selle a large gouttière et/ou au nez coupé pour les chevaux a garrot saillant.


La selle ne doit pas toucher les épaules, elle va bloquer le mouvement des épaules qui est indispensable lorsque
le cheval avance ses antérieurs. Le frottement induit lèse les structures. Le cheval sellé trop en avant a très souvent des
lésions aux épaules, des tendinites, des problèmes de boiterie des antérieurs (due au sur-poids que le cavalier génère
ainsi sur l'avant main)

La selle ne doit pas reposer sur les lombaires. Ces vertèbres ont des larges ailes horizontales qui sont autant
d' immenses bras de levier pour créer des graves dysfonctions à ce niveau.


La selle doit être adaptée à la morphologie du cheval. Chaque surpression entraîne un défaut, voire l'arrêt de
la circulation sanguine, donc les lésions visibles seront les poils blancs ou les atrophies musculaires.

La selle doit être équilibrée, le point le plus creux du siège doit être positionné en regard du point le plus bas du
dos du cheval (environ T12)
Le couteau d'étrivière doit être situé à la même distance du creux du siège que la distance entre l'appui sur l'étrier et
votre talon. Ce qui garantit la bonne position du cavalier en équilibre.


La selle doit être en bon état, les vis qui font saillies sous la selle ne sont pas rares. Une selle avec un arçon cassé
ne doit pas être mise sur un cheval mais chez un sellier pour réparation ou à la poubelle. Les matelassures sales ou
devenues rigides créent aussi des surpressions. Un cuir craquelé peut être source de chute s'il se rompt au niveau
des sanglons! L'entretien d'une selle est important!


La selle doit être symétrique, on peut le contrôler visuellement. La gouttière doit être parallèle et les matelassures
de même épaisseur et de même souplesse.


La selle doit avoir une grande surface portante car plus la surface est grande, moins la pression sera élevée. Imaginez
une dame qui vous marche sur les pieds en pantoufles ou avec le talon de ses escarpins...c'est la même différence que ressent
le cheval. La surface idéale devrait être de 1400 cm2 minimum

Les traces de transpirations après le travail doivent être symétriques et homogènes. Toute irrégularité est le signe d'un
défaut d'adaptation de la selle.


Tous ces points sont indispensables à contrôler. Un seul point non conforme entraînera une douleur pour le cheval. Malheureusement le cheval ne sait pas qu'une selle peut être confortable pour lui. Il ne va que très rarement se rebeller contre un problème de selle.
Il nous revient d'être attentif à ces quelques points pour son confort afin qu'il puisse nous donner le maximum de son potentiel en parfaite harmonie.


QUELQUES SIGNES QUI DOIVENT VOUS FAIRE PENSER A UN ÉVENTUEL PROBLÈME DE SELLE:

Reconnaître une selle non adaptée

Différents symptômes peuvent faire penser à un problème de selle, soit non adaptée, soit mal placée. Ce ne sont pas des symptômes pathognomoniques et la liste est non exhaustive.
Signes physiques sur le cheval

une usure anormale du poil, les poils qui sont cassés, repliés ou dont l'orientation est dans un autre sens que les autres poils

les zones de sueur après le travail qui sont irrégulières ou absence de zone de sueur (signification : soit la selle ne touche pas le dos du cheval, soit elle appuie tellement fort que les pores sudoripares ne peuvent fonctionner)

les poils blancs qui sont dus à une compression de la selle et/ou du tapis qui entraîne un déficit de l’irrigation, de l’innervation puis une mort progressive des mélanocytes. A priori, si la cause est éliminée, à la prochaine mue, les poils blancs devraient disparaître. Ce phénomène peut apparaître déjà après une seule utilisation d’une selle.


Les gonfles ou oedème qui sont dues a une surpression prolongée ou ponctuelle très forte, qui entraine une compression violente de la zone, puis inflammation. Chaleur, douleur et oedème sont les symptômes caractéristiques.

Les blessures qui sont dues à un évènement inhabituel et a priori accidentel (tapis plié, objet entre la selle et le cheval...).

Les atrophies musculaires, qui sont une destruction du muscle par suite d’une trop grande compression des vaisseaux sanguins qui a réduit ou stoppé l’afflux de sang. Le rôle de l’artère est suprême !

Atrophies musculaires

A noter que les atrophies musculaires du dos ne sont pas pathognomoniques à une selle mal adaptée. Cela peut aussi être du à une mauvaise équitation.

L'entraînement trop intensif du cheval trop jeune dont les structures ne sont pas aptes à supporter un pareil effort.

La monte en force, la position figée qu'engendre certains enrênements.

Pratiques qui sont courantes et dont il délicat de parler, car l'équitation n'étant pas une science exacte, ce sont les pratiques des gagnants qui sont les meilleures.

Heureusement certains scientifiques et vétérinaires sont en train de faire un peu de lumière sur les conséquences de certaines pratiques.



LOCALISATION DES POILS BLANCS



Signes comportementaux

Au sol :


le cheval refuse de se laisser attraper au parc ou est agressif lorsqu’on vient le chercher au boxe
hypersensibilité au pansage (dos et poitrail particulièrement)
difficile à ferrer des postérieurs
retourne sa litière au boxe,’’s’assied’’ dans son abreuvoir ou mangeoire
le cheval a un comportement agressif lors de la mise de la selle ou du sanglage
se gonfle au sanglage


Monté :

difficulté au montoir, montre des signes de douleur, lève la tête
résiste au travail
fouaillement de la queue, couche les oreilles, grince ou claque des dents
difficulté à maintenir l'impulsion
mise sur la main difficile
difficulté a faire des petites voltes
ruade lors de changement de pied
n’allonge pas les allures
se retient ou accélère en descente
se précipite sur l'obstacle ou refuse
ne saute pas droit
headshaking

Sources diverses dont equimetric.
 
 
Note: 5
(1 note)
Ecrit par: sleipnir, Le: 23/09/10