Visiteurs: 271510
Aujourd'hui: 46
Se connecter



S'inscrire
Mot de passe oublié

Newsletter


Archives

Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi : - ceux qui voulaient faire la même chose, - ceux qui voulaient le contraire, - et l'immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire.
Lao Tseu
 
Rss Parasites du cheval au box
Traiter les parasites du cheval au box

La vermifugation des chevaux au box

Les chevaux au box sont à tort considérés comme peu
exposés aux risques parasitaires et à leurs
conséquences. Ils peuvent pourtant être au contact des
larves de parasites par l'intermédiaire des litières
et des fourrages verts.
De plus, les chevaux vivant essentiellement au box ont
accès de façon régulière à un paddock ou un parcours
herbeux : le risque d'infestation parasitaire est alors
considérable en raison du confinement des animaux et
du passage de nombreux chevaux.


• Les oxyures

Au box, l'infestation par les oxyures est très fréquente. Les oeufs pondus au
niveau de l'anus sont agglutinés par un liquide visqueux très irritant pour la
peau qui provoque de sévères démangeaisons. Le cheval devient irritable et
nerveux, se gratte la base de la queue, se frotte sans arrêt contre les murs
infestant de la sorte litière et murs. La base de la queue est ébouriffée puis
dépilée. Sa docilité au travail diminue.
• Les petits strongles et les grands strongles
Ils sont transmis par l'intermédiaire des fourrages verts et lors de la sortie au
paddock. Les larves des petits strongles peuvent entraîner une détérioration
de l'état général, un amaigrissement et provoquer coliques, diarrhées et
même anémie. Les larves des grands strongles, migrant dans différents
organes (foie et système artériel), peuvent être à l'origine de boiteries et
d'anévrismes.

• Les gastérophiles

Ce sont de petites mouches qui pondent leurs oeufs en été et en automne sur
les chevaux. Ingérés par léchage, les oeufs éclosent en larves qui migrent
vers l'estomac où elles se fixent, grossissent et hibernent. Ces larves peuvent
créer des ulcères au niveau de la bouche, des micro-hémorragies et des
ulcérations dans l'estomac ainsi que des troubles digestifs et un
amaigrissement.

• Les ténias

Sur un parcours herbeux ou par l'intermédiaire des fourrages verts, le cheval peut
ingérer des acariens (oribates), hôtes intermédiaires des futurs ténias. Les ténias
adultes vont alors se développer au niveau de l'intestin et provoquer des coliques.
Attention, peu de vermifuges sont efficaces contre les ténias.
¦ Adopter des mesures d'hygiène rigoureuses au niveau
des bâtiments et des matériels de pansage :
- désinfection des boxes, aires de pansage et de soins à l'aide d'un jet haute
pression et haute température;
- nettoyage, désinfection et désinsectisation réguliers du matériel de pansage
pour éviter notamment la transmission de parasites externes;
- ramassage bihebdomadaire des crottins sur le lieu de passage des chevaux;
- choix de paddocks de taille suffisante et entretenus régulièrement
(ramassage fréquent des crottins).
¦ Limiter les risques de réinfestation par les congénères :
- traiter tous les chevaux d'une écurie en même temps;
- vermifuger tout nouvel arrivant et lui faire subir une quarantaine, utile aussi
vis-à-vis des pathologies microbiennes.


¦ Conseils de traitement :

• vermifuger au moins 3 fois par an les chevaux vivant au box
• veiller à couvrir la totalité des parasites, dont les ténias
• bien adapter la dose de vermifuge au poids de l'animal.


Source: www.merial.com
 
 
Note: 5
(1 note)
Ecrit par: sleipnir, Le: 23/09/10