Visiteurs: 271548
Aujourd'hui: 84
Se connecter



S'inscrire
Mot de passe oublié

Newsletter


Archives

Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi : - ceux qui voulaient faire la même chose, - ceux qui voulaient le contraire, - et l'immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire.
Lao Tseu
 
Rss Comment passer du galop rassemblé au galop allongé?
Bien souvent le cheval passe de l’un à l’autre si l’on n’y prend pas garde en se déséquilibrant sur les épaules pour allonger.
Il est utile pour le cavalier d'obtenir que le cheval allonge l'amplitude de sa foulée en se tenant et en engageant son rein.

Du galop rassemblé au galop allongé:

Il convient de rechercher en priorité le relèvement de chaque allure, dans un rythme régulier et en décontraction, obtenir que le cheval soit tendu sur lui-même, disponible sans jamais le solliciter par la force.



Caché:
La main reste très légère, au-dessus de la bouche du cheval, elle ne contrarie jamais le mouvement en avant, les jambes restent légères également, elles enveloppent le cheval en même temps que les demi-arrêts que l’on utilise avec parcimonie sur la rêne extérieure dans le but de conserver l’équilibre rassemblé.

La rêne intérieure soutenue, maintenant le contact du coté concave pour éviter l’inversion du pli.
L’orientation de l’encolure du cheval est déterminante, ni renversée, ni horizontale.
Pas question de pousser le cheval contre la main, ce qui engendrerait des raideurs et le mettrait sur les épaules.



C’est un travail de longue haleine, où le garrot s’élève naturellement et les hanches sont actives et se plient.

L’allongement ne se prépare pas en poussant le cheval le nez dans la sciure en le poussant contre la main, car dans ce cas, les antérieurs sont trop chargés et cela réduit les chance du cheval de se porter de lui même.

La main essaie, par des actions qui gagnent en finesse, de maintenir le cheval droit dans ses épaules et ses hanches, avec le fléchissement des postérieurs. Elle sentira à la fois la cession de la nuque, sa décontraction, mais aussi la flexion de la mâchoire inférieure. L’activité des hanches est primordiale pour ces transitions.

Préparer progressivement l’arrière main à se plier, en veillant à répartir la masse sur l’arrière main permettra d’obtenir les allongements de qualité.

Pour cela le placer très en équilibre est primordial.



Du galop allongé au galop rassemblé:

On recherche l’engagement du rein qui gère la sur-impulsion, les jambes enveloppantes, et l’attitude du cavalier qui redresse son buste. La rêne intérieure fixe en douceur la tête et l’encolure, soutenue, alors que la main extérieure veille à l’équilibre longitudinal et favorise le voussement du rein du cheval et l’abaissement des hanches, d’où un relèvement de l’avant main, et le gonflement du garrot. En cas d’échec, ou de résistance, remettre le cheval en avant et redemander par un demi-arrêt sans tension prolongée des rênes, tout en légèreté.
 
 
Note: 5
(1 note)
Ecrit par: sleipnir, Le: 05/08/09